Qui ne tient pas à l’œil sa consommation de carburant lorsqu’il roule? Certes, on a tous cette poussée d’inconscience qui nous fait accélérer en dépit du bon sens mais globalement, nous craignons tous que l’aiguille de la jauge d’essence aille caresser le R de la réserve. Alors voici quelques conseils pour gagner ces précieux kilomètres après chaque plein douloureux!

 

1. Entretenir sa voiture c’est préserver sa monture!

Qu’il soit âgé de 2 mois ou de 60 ans, qu’il soit américain ou français, un moteur s’use et demande qu’on l’entretienne à intervalles réguliers. Huile, filtres (air, huile, essence) et bougies sont les premiers éléments à changer pour préserver son moteur. En y faisant attention, vous réduirez drastiquement le risque que votre moteur fournisse un effort supplémentaire pour délivrer sa puissance tout en composant avec des éléments affaiblis par l’usure et par la crasse. Le faire soi-même est possible si vous vous faites correctement conseiller et coûte moins cher. Quoiqu’il en soit, le prix payé pour l’entretien sera rapidement amorti par l’absence de frais précoces pour remplacer des pièces usées prématurément dû au manque d’entretient. Il est également important de respecter les douloureux entretiens touchant à la distribution et à l’électronique. Ceux-ci ont pour vocation de maintenir un rendement efficace à chaque instant d’utilisation de votre moteur. Et non d’enrichir votre garagiste…

2. Ne vous dégonflez pas!

On ne le martèle jamais assez, CONTRÔLEZ VOS PNEUS RÉGULIÈREMENT! Même les agences de sécurité routière vous prennent la tête avec ce credo à la radio. Cela donne une idée de l’importance d’avoir des pneus à bonne pression. Pour cela, respectez absolument une chose : on contrôle TOUJOURS un pneu à froid. Car la chaleur dilate l’air et la gomme et donne des indications erronées. Un pneu sous-gonflé c’est plus de consommation et un risque accru d’éclatement. Un pneu sur-gonflé c’est un risque accru d’accident (car moins de tenue de route) mais jamais il n’éclatera. DONC : toujours garder ses pneus à bonne pression. Il existe une multitude d’appareils pour les contrôler sans se ruiner. Pensez-y!

3. La « technique du Start-and-Stop »

On l’oublie tout de suite si la voiture n’a pas cette technologie intégrée. Le faire soi-même c’est garantir une usure prématurée de la batterie, du volant moteur et du démarreur. Les automobiles équipé du « Start-and-Stop » possèdent des éléments mécaniques et électriques prévus pour supporter ces démarrages fréquents. Le faire soi-même n’améliora pas fondamentalement votre consommation. Naturellement, si un arrêt se prolonge, il est utile de couper son moteur mais pas à chaque carrefour.

4. Conduire tout en souplesse

C’est LA technique qui fera la différence, quelque soit votre véhicule. La souplesse est le maître mot. Voici chaque élément de votre conduite qui fera la différence si vous y faites attention :
L’anticipation : Beaucoup d’événements routiers peuvent être anticipé, même si la route vous est inconnue. Le meilleur exemple est l’approche d’un carrefour équipé d’un feu tricolore. S’il indique son passage au rouge, ne continuez pas à accélérer pour freiner de toute manière 50 mètres plus tard! En plus d’user vos freins et d’abîmer vos gommes vous consommerez bêtement plus de carburant que si vous aviez laissé votre véhicule profiter de son inertie pour arriver au carrefour tout en douceur. Alors, les excités de la pédale : ON SE CALME!

Passage de rapport : Si le plaisir du haut régime s’adjoint à un bon décrassage de l’échappement et des injecteurs, il ne faut pas exagérer. Transmission, boite de vitesse et moteur vont s’user inutilement vite si vous persistez à conduire à haut régime en permanence. C’est bien simple, chaque véhicule est conçu pour donner le couple et la puissance idéale à un régime moteur donné. Les motorisations Diesel situeront ce régime entre 1500tr/min et 2000tr/min et les motorisations Essence entre 2000tr/min et 3000tr/min. Naturellement tout dépend du modèle et de sa motorisation, ainsi que son année de fabrication! Bien sûr, rouler en sous-régime est tout aussi mauvais et inutile.

Préférer un accélération franche : Cela risque de paraître idiot mais, lors d’une accélération de 0 à plus de 90km/h (péage par exemple), accélérez à plus de 70%. Le temps pour arriver à la vitesse voulue sera moindre. Certes vous consommerez instantanément plus mais sur un temps plus court. À l’inverse, si vous accélérez doucement, il vous faudra plus de temps et vous consommerez quand même plus d’essence car une fois à haute vitesse, la demande d’accélération est bien moindre et fait la différence. Ce principe se vérifie surtout au volant d’un véhicule Hybride qui préfère une courte accélération franche à une longue accélération timide qui utilisera de toute manière le moteur thermique. De plus, aujourd’hui on sait que le fait de ne pas toucher à l’accélérateur et de profiter de l’inertie de sa voiture ne consomme RIEN! NADA! Donc chaque kilomètre parcouru, vitesse enclenchée, sans solliciter l’accélérateur est gratuit! Inutile donc de vouloir constamment laisser un filet de gaz!

Démarrage en côte :  Cet exercice tant redouté par la plupart des conducteurs requiert concentration et psychomotricité pour ne pas reculer de 20 mètres avant de trouver le point d’embrayage sans caler. Sinon, il existe un superbe outil incroyablement facile à manier : le frein à main! Au lieu de faire patiner l’embrayage (et de l’user, tout en gaspillant de l’essence) pour ne pas bouger, utilisez votre frein à main pour avoir directement le pied sur l’accélérateur et ainsi, vous effectuerez ces démarrage comme un chef!

5. L’Air Conditionné

C’est un fait, cette option certes confortable demande un effort supplémentaire à votre véhicule, surtout s’il n’est pas récent. Aujourd’hui, grâce à une technologie sans cesse évolutive, cet appareil est de moins en moins gourmand en énergie. Une chose est sûre, si vous l’utilisez, de grâce! Fermez vos fenêtres! Inutile de réchauffer l’air si difficilement refroidi. De plus, rouler les fenêtres ouvertes augmente la résistance à l’air et demande
un effort accru à votre véhicule. On parle d’un demi-litre d’essence supplémentaire consommé! À l’inverse, le chauffage ne consomme rien car c’est la chaleur du moteur qui fourni l’air chaud si confortable en hiver. N’hésitez donc pas à y aller franchement si vous aimez avoir 25 degrés dans l’habitacle.

6. Quid de la qualité des pneus et des conditions climatiques?

Ces variables jouent effectivement sur la consommation. Préférez des pneus de bonne qualité plutôt qu’une alternative low-cost, surtout si vous parcourez un nombre important de kilomètres par semaine. La météo joue également un rôle, chaque moteur étant conçu pour répondre efficacement aux conditions de roulage en faisant varier le mélange Air-Essence admis dans chaque cylindre. Oubliez la reprogrammation moteur, certes alléchante mais surtout dangereuse pour la fiabilité des pièces mécaniques étudiées pour répondre à un programme spécifique étudié en amont.

En appliquant ces techniques simples au quotidien, vous baisserez considérablement votre consommation! Nous l’avons testé sur une Clio essence 1.2 litres de 58 cv de 2007. La consommation moyenne est passé de 7L/100 km à un petit 5.5L/100 km en l’espace d’une semaine à peine. Et faites le calcul : 1.5L d’essence, à cette consommation vous fait gagner plus ou moins 30 km d’autonomie, soit un trajet Domicile-Travail moyen supplémentaire par plein. Sur une année, cela fait clairement la différence!