Votre magazine d'actualité moteur!

ChronoGrip au Legend Boucles de Bastogne 2018 !

L’Auto-Partage… une solution d’avenir?

L’Auto-Partage… une solution d’avenir?

C’est un discours que l’on entend souvent : la mobilité tend vers une mutualisation des moyens de transport. Penser que dans 50 ans on continuera majoritairement à posséder son propre véhicule semble donc relever de l’utopie. Ce phénomène de partage se concrétise aujourd’hui par des solutions – majoritairement urbaines – toutes aussi intéressantes les unes que les autres. ChronoGrip est donc allé à la rencontre d’une ASBL qui propose une solution plus sociale que lucrative…

Si comme nous, vous ne vivez pas en milieu urbain, mais plutôt profondément enfuis à la campagne, vous êtes certainement perplexe face à cette idée : partager sa voiture avec d’autres personnes pour en réduire les frais. C’est pourtant ce que proposent plusieurs sociétés qui ne diffèrent les unes des autres que dans l’approche économique autour de ce phénomène. Si certaines d’entre-elles ont une approche plus lucrative –  « comment gagner de l’argent en louant ma voiture à autrui » – d’autres ont une approche plus sociale – « je fais profiter ma voiture à autrui et je dilue les frais liés à la possession de mon véhicule ». C’est le cas de l’ASBL Cozywheels implantée depuis 2002 en région Bruxelloise.

Comment ça fonctionne ?

Avant de devenir une plateforme super moderne et en pleine croissance comme aujourd’hui, Cozy Wheels (qui s’appelait autrefois Cozy Car) proposait aux personnes qui n’utilisaient pas sa voiture régulièrement, de la prêter à son voisin contre une petite contrepartie financière négociée au préalable. Ainsi, le voisin a l’occasion d’utiliser un véhicule quand il en a besoin et le propriétaire aura donc d’autres usagers pour partager les frais liés à son véhicule.

Depuis 2002, la plateforme a bien évolué et a élargi son champ d’action. Désormais, tout se passe en ligne (www.cozywheels.be). Des frais d’affiliation sont demandés (10€/mois), la plateforme aide les « Cozywheelers » à fixer leurs tarifs et propose des contrats sur mesure qui permettent de créer un climat de confiance entre propriétaires et utilisateurs. Mais la philosophie est restée la même : l’objectif de Cozywheels est d’aider les gens d’une même localité à mettre en place un groupe de partage de véhicules efficace, intéressant et attractif.

Pour quel public ?

L’initiative de l’ASBL Cozywheels s’adresse surtout aux personnes qui n’ont besoin d’un véhicule que de manière ponctuelle. La fréquence peut varier, mais il est difficile, voire impossible d’utiliser ce service pour se rendre à son lieu de travail au quotidien. Cependant, la personne qui sur une base régulière a besoin d’un véhicule pour un trajet ponctuel, trouvera son compte dans le fonctionnement de la plateforme.

Depuis peu, Cozywheels étend aussi ses activités aux professionnels. Ceux-ci peuvent alors soit louer leurs voitures aux particuliers, soit à d’autres sociétés. Par exemple : une association a un besoin ponctuel d’une camionnette. Un indépendant possédant une camionnette qu’il n’utilise pas pourra alors proposer son véhicule à cette association via les outils que propose la plateforme. Par ce biais, on assiste à une véritable mutualisation des moyens de transport, et ce dans presque tous les domaines.

Quels avantages ?

Les avantages premiers de cette initiative sont clairs : le propriétaire peut diminuer les frais liés au véhicule et le locataire peut se déplacer librement à un prix démocratique. Si nous regardons plus loin, nous constatons également que :

  • L’autopartage désencombre l’espace public : un véhicule partagé supprime en moyenne 3 véhicules de l’espace public.
  • L’autopartage facilite la cohésion sociale : tel que pratiqué par Cozywheels, il pousse ses utilisateurs à se rencontrer, à discuter et à entretenir des relations humaines positives.
  • L’autopartage participe à une mobilité plus durable : il contribue au désengorgement des zones à forte densité de circulation et conscientise la mobilité. La voiture n’étant pas disponible immédiatement, le conducteur réfléchi davantage à la nécessité de son déplacement et au moyen de transport qu’il utilisera pour le réaliser.

L’autopartage constitue une belle solution de mobilité durable s’il est combiné aux autres alternatives de transport mutualisé dans les zones urbaines. Mais ce modèle ne semble pas s’appliquer aussi facilement dans les zones rurales…

Quelles sont les limites de ce modèle ?

Chaque entreprise rencontre ses limites. C’est encore plus vrai lorsque l’on parle d’économie sociale et circulaire. Cozywheels, en tant qu’ASBL, rencontre des limites administratives logiques qui l’obligent à évoluer pour maintenir une offre cohérente vis-à-vis de sa philosophie. À contrario d’une entreprise qui mise sur le côté lucratif d’une location de privé à privé (ex : Getaround) ou sur le principe du « Free Floating » (ex : Cambio), le système proposé par Cozywheels ne permet pas d’obtenir un véhicule instantanément. Des contraintes existent et demandent de l’organisation. Mais tout est une question d’approche et la clientèle ciblée est convaincue par le modèle appliqué (Cozywheels recense entre 80 et 90 nouvelles admissions par semaine).

Une autre limite plus criante est d’ordre géographique. Si l’autopartage fonctionne très bien en ville, il ne décolle pas en zone rurale. Par manque d’intérêt? Peut-être, mais surtout pour une raison simple : à la campagne, il est indispensable de disposer d’une voiture dans les zones plus isolées. Presque chaque ménage en possède au moins une. À quoi bon emprunter celle du voisin si la nôtre suffit ? Il n’existe pas encore de recette miracle.

Dans le futur proche ?

Mais n’existe-t-elle pas cette recette ? Il semble, au regard de l’actualité et de l’arrivée des restrictions liées aux normes de pollution, que ces solutions de mobilité vont doucement, mais sûrement, prendre leur place dans le paysage automobile national.

Sans prétendre une quelconque expertise, nous émettons cette hypothèse : la mobilité partagée sera la mobilité de demain. Et si elle peut rebuter plus d’une personne, elle finira par s’imposer naturellement tant cette alternative offrira de nouvelles perspectives sociales et de nouveaux intérêts économiques.

Rendez-vous dans 10 ans pour en discuter !

Le modèle de Cozywheels vous intéresse? Alors rendez-vous sans tarder sur leur site www.cozywheels.be !

ChronoGrip

Envie de plus?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.