Au commencement, il y avait l’Audi 50. En 40 ans, la VW Polo est devenue un des modèles phares de Volkswagen. Fin 2017, c’est la sixième génération de cette icône qui voit le jour… et ChronoGrip l’a essayé pour vous!

De génération en génération, la citadine iconique du constructeur allemand a gagné quelque centimètres, au point de dépasser sa grande-tante, la Golf III, sortie il y a 20 ans… La question que l’on se pose donc, en prenant le volant de cette nouvelle Polo, est de savoir si elle a gardé son âme de citadine intergénérationnelle ou si elle s’est embourgeoisée au point de devenir une berline moins accessible?

Destination jeunes!

Ce qu’il faut savoir avant tout, c’est que cette nouvelle Polo a inauguré la plateforme MQB A0 qui équipe désormais les citadines du groupe VW. La Polo est donc presque identique – techniquement parlant – à sa sœur ibérique, la SEAT Ibiza, dont le public cible se constitue majoritairement de jeunes conducteurs.

D’ailleurs, le groupe VW joue la carte « Jeunes » en proposant une version de base à partir de 14.990€, plus abordable que la Golf, ainsi qu’une version Beats équipée d’une sonorisation et d’une console spécialement équipée pour les amateurs de bonne musique. Naturellement, VW n’oublie pas la version GTI qui sortira prochainement et qui disposera d’un moteur développant 200 chevaux.

Une voiture agréable

Si VW joue encore la carte « Jeunes » sur l’habitabilité, l’ergonomie et la conduite, les évolutions apportées dans ces domaines plairont également aux autres générations. En effet, la Polo est modulable selon ses propres envies. Le consommateur aura donc le choix entre six motorisations différentes : quatre moteurs essence de 65 à 115 chevaux (et bientôt 150 chevaux), un moteur diesel de 95 chevaux et un moteur au gaz naturel compressé de 90 chevaux. Ainsi, chacun y trouvera son compte en terme de prix, de puissance et de personnalisation.

Pour une fois sur ChronoGrip, c’est une version plutôt civilisée que nous avons eu à l’essai. Il s’agit ici de la version Comfortline qui se place en milieu de gamme entre la Trendline et la Highline. Cette dernière est équipée du 1.0 litre TSI atmosphérique de 75 chevaux (essence).

Un comportement urbain

La version à l’essai est définitivement urbaine. Le manque de reprise du moteur est agaçant sur les routes vallonnées. À contrario, la souplesse du moteur est extraordinaire en ville. Le châssis est bien pensé et l’amortissement rend cette nouvelle Polo franchement très agréable à conduire. Pour les trajets extra-urbains, les moteurs de 95 chevaux et 115 chevaux – turbocompressés – se montreront plus efficaces et plus polyvalents.

 

En termes de conduite pure, la plateforme MQB A0 est également une réussite. Sans faire de compromis, la Polo est capable tant d’une conduite douce que d’une conduite plus sportive. Nous attendons avec impatience l’essai de la version GTI, avec ses 200 chevaux, qui doit être une merveille sur les petites routes de campagne.

Conclusion

Cette nouvelle Polo n’a plus rien à envier à la Golf. Aussi polyvalente et désormais presque aussi grande, la Polo se redéfini auprès de son public, qu’il soit jeune ou plus âgé. Plus musclée physiquement, on regrette quand même son look, complice de cette liberté que l’on acquérait avec notre permis de conduire.