Votre magazine d'actualité moteur!

ChronoGrip au Legend Boucles de Bastogne 2018 !

Restauration Renault 4L #7 : un travail de galérien…

Restauration Renault 4L #7 : un travail de galérien…

Avec un chassis terminé et protégé pour de bon, nous étions surmotivés à l’idée que désormais tout le chantier allait avancer plus rapidement. Mais tout ne se passe pas comme espéré…

Prenez un châssis qui a souffert durant des années, qui a subi des réparations lourdes et un bain bien chaud de galva et vous obtenez le châssis le plus difficile qui existe… Heureusement, aucun problème majeur n’est a déplorer. Les cotes sont bonnes et le châssis est bon pour l’emploi. Non, il s’avère simplement que chaque pièce, le moindre écrou des trains roulant, prend deux fois plus de temps à être installé que normalement. Voici les détails.

De barres de torsion sous tension

Avec les réparations et la galvanisation, le châssis s’est légèrement laissé allé. L’installation des barres de torsion, restées intactes depuis leur dépose, a du se faire avec une grande dose d’huile de coude. Nous n’étions pas trop peu d’être à 4 pour les installer telles qu’elle étaient.

Enfin mises, leur tension nous interpelle. Afin de ne pas conclure trop vite qu’il y a un problème, nous décidons donc d’installer les premiers éléments d’essieu pour analyser leur comportement.

 

Comme on peut le constater, la tension est bien trop importante. Décision est donc prise de les déposer à nouveau et de les « dérégler » pour les installer plus sainement. Le même cran est appliqué aux deux barres pour ensuite faciler le réglage quand la 4L sera sur ses 4 roues. On se cassera certainement un peu la tête mais au moins, nous avançons sans risquer d’abimer ces pièces.

Maintenant correctement installées, le reste de l’essieu avant peut avancer. Bien sur, comme pour le reste, rien ne va exactement comme nous le voulions. En effet, on pouvait s’y attendre, les filletages prévus dans le châssis sont remplis de galva. Il faut donc minutieusement les tarauder pour pouvoir refixer les différentes pièces convenablement. Rien de difficile bien sûr ! Une fois fait, le train avant est complètement monté, et le châssis retrouve petit à petit tous ses éléments.

T’as un bel arrière-train tu sais?

Moins gallère, l’essieu arrière se laisse un peu plus faire. Avec soulagement et satisfaction, les réparations effectuées sur l’essieu arrière donnent un résultat impeccable. Les cotes ont été respectées et le montage des nouvelles pièces a été fait sans bavure.

Il ne reste plus grand chose à installer sur les trains roulants. Avec les températures qui remontent, nous prévoyons de nettoyer le moteur et de commencer à attaquer la carosserie qui attend patiemment son tour… Stay tuned ! 😉

ChronoGrip

Envie de plus?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.